Actualités

Le multilinguisme, atout majeur pour la ratification du TICE

1er juillet 2019

Quelques mois après le lancement de la campagne internationale et multilatérale pour l’entrée en vigueur du Traité d’Interdiction Complète des Essais nucléaires (TICE) par l’Assemblée parlementaire de la Francophonie, l’OTICE a organisé, pour la première fois, une table ronde francophone, Perspectives et initiatives, lors de la Conférence internationale Science et Technologie 2019, à Vienne, le 24 juin dernier.

L’occasion pour le Secrétaire général parlementaire, Jacques Krabal, de rappeler « qu’un dialogue réel entre les Etats suppose de mettre en place un cadre d’échange efficient. Dans le cadre de la promotion de la ratification du TICE dans l’espace francophone, la prise en compte du multilinguisme, partie intégrante du multilatéralisme devient donc une urgente nécessité ».

M. Krabal a également insisté sur l’importance du rôle des parlementaires dans la promotion de la non-prolifération nucléaire et de la ratification du TICE : « Les parlementaires francophones ont un rôle à jouer pour faire de l’espace francophone une communauté de destin au sein de laquelle le risque de conflit nucléaire est le moins élevé ; un exemple et un modèle en matière de non-prolifération ; le premier espace dans lequel le TICE est universel. »

M. Krabal et le Dr Lassina Zerbo se sont ensuite entretenus pour coordonner de nouvelles actions conjointes dans les prochains mois, en particulier à New-York lors de l’Assemblée Générale de l’ONU, avec la perspective là encore de voir une table ronde organisée en langue française, ce qui serait une première.

Par ailleurs, l’APF souhaite être également partenaire de cet événement.

Le TICE interdit à quiconque de procéder à une explosion nucléaire où que ce soit : sur la surface de la terre, dans l’atmosphère, sous l’eau ou sous terre.

Le Traité prévoit un régime de vérification unique et global comprenant le Système de Surveillance International (SSI) - composé de 337 installations permettant de surveiller les signes d’explosions nucléaires sur toute la planète et qui est aujourd’hui à 90 % complet - le Centre International de Données (CID) à Vienne qui reçoit en temps réel, traite et diffuse auprès des États membres de l’Organisation les données de surveillance, et un régime d’inspection sur place.

Le TICE a été signé par 184 pays et ratifié par 168. Il doit être signé et ratifié par 44 pays détenteurs de technologies nucléaires spécifiques avant de pouvoir entrer en vigueur ; il en manque huit à ce jour.