Actualités

L’après-covid-19 : une opportunité pour la Francophonie institutionnelle ? Les universitaires invités à enrichir la réflexion des parlementaires

22 juin 2020

La crise sanitaire inédite et exceptionnelle que nous traversons pose l’enjeu d’un multilatéralisme renforcé autour de biens universels comme la santé, les droits humains et de la planète…

Fort de ce constat et déterminée à répondre à l’appel des chefs d’états et de gouvernement, lors du dernier sommet à Erevan, à réinventer la Francophonie, l’APF entend bien contribuer activement à la réflexion et apporter des réponses au renouveau de la francophonie institutionnelle engagée par la Secrétaire générale de la Francophonie.

Si le défi est politique, la réflexion est d’abord intellectuelle et scientifique.

L’APF, dans son souci de transversalité et de collégialité invitent les chercheurs et étudiants à nourrir la réflexion parlementaire autour du renouveau de la gouvernance institutionnelle de la Francophonie, la jeunesse, l’éducation et formation, l’économie, le numérique, la santé et les droits des minorités.

Ainsi, du 15 au 19 juin, Jacques Krabal, Secrétaire général parlementaire de l’APF a organisé des visioconférences avec le premier réseau universitaire du monde dirigé par Slim Khalbous, Recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie, mais aussi Thierry Verdel, Recteur de l’Université Senghor et Marielle Payaud, directrice de l’Institut International de la Francophonie pour poser le cadre d’un enrichissement intellectuel et mutuel et apporter une stratégie politique collégiale et des propositions concrètes au prochain sommet de la Francophonie qui doit se dérouler à Djerba en 2021.

Par ailleurs, l’idée d’une coalition francophone pour l’éducation, à l’initiative de la Secrétaire générale et de l’OIF a été saluée par l’ensemble des acteurs de la charte de la Francophonie. Ils se félicitent de la volonté d’une stratégie politique commune en faveur d’une éducation de qualité pour toutes et tous, de la mutualisation des moyens et des actions dans le respect des spécificités de chacun.

Ils souhaitent que cette coalition amorce une gouvernance politique collégiale.